La proie du dragon – Florence Cochet

laproiedudragon

« Le rat mouillé qui fit son apparition, flottant dans ses vêtements, avait un air fragile qui le toucha. Son visage impassible le rassura. Elle aurait pu – voire dû – s’écrouler après les événements qu’elle avait vécus. Au contraire, elle semblait les avoir intégrés. Il était curieux de savoir ce qu’elle avait de si spécial. »


Résumé :

« L’humanité a failli être décimée lors d’une apocalypse déclenchée par des intelligences artificielles. Trois siècles plus tard, le fléau a été maîtrisé par le gouvernement grâce à un contrôle strict des technologies. C’est dans ce monde que la jeune Lutessa vit paisiblement avec son père qu’elle adore. Jusqu’au jour où il sabote son concours d’entrée à l’Institut des Technologies, brisant son rêve de devenir ingénieure. De quoi veut-il la protéger en l’empêchant de partir étudier à la capitale  ? Le pire survient quelques jours après lorsque Lutessa est infectée par de dangereux nanorobots. Emmenée de force dans les laboratoires du gouvernement, Lutessa découvre que les apparences sont souvent trompeuses. Les autorités veulent-elles protéger les citoyens ou, au contraire, les asservir  ? Lutessa se retrouve au cœur d’enjeux qui vont la mettre  sur les traces de ses origines et de sa mission… Dans la guerre entre l’homme et la machine, elle est la clé de la paix. »
Un grand merci aux éditions Dream Land pour l’envoi de ce livre !

Mon avis :

Je vais d’abord parler rapidement de détails esthétiques, sans doute superficiels pour certains, mais importants à mes yeux. Tout d’abord, le titre « La proie du dragon ». Je comprends pourquoi il a été choisi, mais je ne le trouve pas spécialement pertinent par rapport à l’histoire. Quant à la couverture : je ne la trouve pas attirante et encore moins vendeuse. Alors oui, « ne jugeons pas un livre par sa couverture », mais soyons honnête, 90% d’entre nous le faisons… Je le fais (no shame) et celle-ci ne me convainc pas. En toute honnêteté, si je vois cette couverture au milieu de X livres dans un rayon, je ne suis pas certaine de le prendre pour en lire le résumé. Le fond avec la ville est bien, les couleurs aussi, mais le personnage (bien que le style vestimentaire colle aux descriptions du roman) fait un peu tache. Mais bon, les goûts et les couleurs…

Lire la suite

Publicités