La première fois que j’ai été deux – Bertrand Jullien-Nogarède

LA PREMIERE FOIS QUE JAI ETE DEUX COUVERTURE BOOKSANATOMY

« Autour de nous, le monde des adultes sombrait corps et biens. Aucune forme de sagesse ne semblait émerger de ces bataillons d’agités du bocal. Les années passaient, mais ils continuaient à être animés par les mêmes ressentiments qu’à quinze ans. À quoi servait donc de vivre si l’expérience humaine n’était rien d’autre que la reproduction inexorable des mêmes comportements ? Aucun d’entre eux ne semblait capable de faire preuve de la plus élémentaire sagesse. Il suffisait d’ailleurs de regarder autour de nous pour prendre conscience que nous n’étions pas les seuls à tenter de sauver les meubles. Le lycée est un véritable refuge pour gamins en état de choc devenu à contrecœur les spectateurs désabusés et silencieux d’interminables tragédies familiales. C’est même incroyable de constater à quel point tout ce bazar affectif est devenu une évidence pour chacun. »

Résumé :

« Le scooter de Tom nous emporta loin du monde. Mes bras entouraient sa taille et je laissai ma tête reposer doucement sur son épaule. Je ne crois pas avoir été plus heureuse qu’à cet instant. Juste une fille comme les autres. Il avait suffi qu’un anglais à cravate surgisse de nulle part pour que mes pieds ne touchent plus le macadam. J’étais vraiment folle amoureuse. » J’en profite pour remercier encore une fois Marine et Aloïse, et la maison d’édition Flammarion pour l’envoi de ce livre, surtout qu’il ne venait pas seul, mais accompagné d’un colis plein de mignonnerie ♥ !

Mon avis :

Je suis une inconditionnelle de l’Angleterre, c’est mon pays de cœur. J’en suis tombée amoureuse au premier regard lorsque j’étais adolescente. Alors inutile de vous dire qu’une histoire dans laquelle ce pays aurait une importance toute capitale semblait faite pour moi ! Le retrouver à travers le personnage de Tom et le découvrir avec les yeux de Karen m’a procuré un bonheur indescriptible. Ce fut comme si je revivais la première fois où j’ai posé le pied dans ce beau pays.

Les références littéraires et musicales qui jalonnent la lecture donnent envie de découvrir ou de replonger dans tout un tas de classique. On retrouve d’ailleurs dans ce roman une ambiance très rock anglais qui saura ravir les amateurs du genre. Sitôt ma lecture terminée, j’ai pris un grand plaisir à écouter les chansons qui y sont évoquées.

Je me suis reconnue en Karen dès le début. Ce fut comme si je me lisais, comme si elle parlait directement à mon âme. Mais si le côté sarcastique de  Karen apporte une touche d’humour à l’histoire, je l’ai trouvé parfois un peu trop amère. Elle est pleine de désillusions, avant même d’avoir vécu quoi que ce soit. C’est ce détail qui m’a un peu gêné. Certes, on apprend de l’observation des autres, mais ce n’est pas parce que la plupart des gens sont négatifs qu’il faut l’être aussi. Surtout avant même d’avoir expérimenté quoi que ce soit par soi même. Cette tonalité associée au flegme et au charme de Tom m’a pourtant séduite dès les premiers chapitres. Même si j’étais loin de me reconnaître dans leurs contextes familiaux, j’ai tout de suite senti une connexion s’établir entre nous. Je les ai compris et j’ai vibré avec eux.

J’ai adoré être au cœur des pensées de Karen, lire ce roman fut comme parcourir les pages d’un journal intime. C’est revivre les premiers émois, la première relation, les premières difficultés du passage à l’âge adulte, aussi. Je me suis reconnectée avec l’adolescente que j’ai été, mais pas uniquement. Ce que traverse Karen va bien au-delà et me touche en tant que jeune adulte. Nos deux amoureux m’ont semblé bien plus matures que ce que l’on s’attend à trouver pour des personnages de cet âge. C’est en cela que La première fois que j’ai été deux m’apparaît comme une belle lecture YA : des pages et des pages d’expériences, de questionnements et d’espoirs, que beaucoup d’ados et de jeunes adultes connaissent. Car bien que le résumé le laisse penser, ce roman n’est pas que le récit d’une histoire d’amour… La voix de Karen à travers la plume de Bertrand Jullien-Nogarède invite à la réflexion. Sur l’amour, bien sûr, mais aussi sur l’amitié, la famille, la société, sans oublier le bonheur et l’orientation professionnelle.

La fin m’a empêché d’atteindre le coup de cœur que je pressentais. Je qualifierais donc davantage cette lecture de coup de foudre : j’ai tout de suite été très emballé, j’ai dévoré l’histoire en quelques heures, et puis finalement les dernières pages ont estompé la joie que je ressentais. Oui, la chute de l’histoire m’a vraiment surprise. Je ne m’y attendais absolument pas ! Je vous avoue qu’elle ne m’a pas plu, car ce n’était pas ce que je souhaitais. Sans spoiler, il va être difficile pour moi de développer ce point… Disons qu’elle m’a fait l’effet d’un atterrissage brutal ! Attention, je ne dis pas que la fin est mauvaise, bien au contraire. Elle est cohérente avec le développement de l’histoire, les personnages, et en cela elle est très juste. Seulement, j’espérais autre chose et les derniers chapitres m’ont laissé sous le choc. Cela prouve que l’effet voulu par le texte est réussi, puisque j’étais totalement en phase avec ce que ressentait Karen. J’ajouterais aussi que la saveur douce-amère de la chute de ce roman était intéressante, mais il m’a manqué un vrai épilogue. Je suis restée sur ma faim. Vous l’aurez compris, ce n’est donc pas un problème de « fin ratée » puisque celle-ci s’avère cohérente, mais bien une question de goût.

En conclusion : Une ambiance merveilleusement rock et Britannique, une plume qui fait réfléchir, des personnages très attachants, mais une fin de roman en demie-teinte. Pour autant, j’ai passé un bon moment de lecture et j’ai vibré en harmonie avec Karen tout au long du livre. Un très bon premier roman où le premier amour est raconté dans toute sa justesse !

Détails :

Auteur : Bertrand Jullien-Nogarède
Édition : Flammarion Jeunesse
Prix : 14€
Pages : 350
Date de sortie : 06/06/18

Il vous tente ? Si vous l’avez lu, je serais curieuse de connaître votre avis sur cette fameuse fin… N’hésitez pas à me donner votre avis 🙂 !

 

Publicités

12 réflexions au sujet de « La première fois que j’ai été deux – Bertrand Jullien-Nogarède »

  1. Ta chronique donne envie de le découvrir ! 😀 A la base j’aurais peur que ça soit trop porté sur l’amour, rien d’autre, mais apparemment d’autres sujets sont abordés alors why not ! 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. C’est marrant parce que pour moi, le coup de foudre est au-dessus du coup de cœur ^^ Chacun sa perception des choses 🙂 Et j’ai immensément envie de découvrir cette aventure humaine so british ♥♥

    Aimé par 1 personne

    • Ah tiens, c’est rigolo oui! Pour moi le coup de foudre est quelque chose qui fini par se dissiper 🤔 il y a la notion d’instantané ! En tout cas c’est comme ça que je vois l’expression, mais je n’avais pas imaginé que le classement coeur/foudre puisse être différent. C’est amusant ! 😃
      Et bien j’espère de tout coeur qu’elle te plaira ! Mais attention… elle risque de te donner envie de partir en voyage en Angleterre 😍❤️ !

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s