Le dieu oiseau – Aurélie Wellenstein

le dieu oiseau

« D’une génération à l’autre, les peuples restaient prisonniers de leur haine et la transmettaient, intacte, à leur descendance. »


Résumé :

« Une île. Dix clans. Tous les dix ans, une compétition détermine quel clan va dominer l’île pour la décennie à venir. Les perdants subiront la tradition du « banquet » : une journée d’orgie où les vainqueurs peuvent réduire en esclavage, tuer, violer, et même dévorer leurs adversaires. Il y a dix ans, Faolan, fils du chef de clan déchu, a assisté au massacre de sa famille. Sauvé par le fils du chef victorieux, Torok, il est depuis lors son esclave et doit subir ses fantaisies perverses. Sa seule perspective d’avenir est de participer à la compétition de « l’homme-oiseau », afin de renverser l’équilibre des pouvoirs en place et de se venger. Qui du maître ou de l’esclave va remporter la bataille ? Quel enjeu pour les habitants de l’île ? Quel est le prix à payer pour la victoire ? »
Un récit psychologique sombre et violent sur le traumatisme, la résilience, la vengeance. Un roman initiatique magistral. Le roman le plus fort et le plus brutal d’Aurélie Wellenstein à ce jour. »

Mon avis :

Ce livre est vraiment très original, tant par son univers que par son développement. Faolan a vu sa famille se faire massacrer dix ans plus tôt et la seule raison qui le maintient en vie est due au fils du clan vainqueur qui l’a choisi comme esclave. Tous les dix ans, le clan vainqueur remet son « titre » en jeu   et chaque clan s’affronte dans une Quête sans merci. Le candidat qui réussit à ramener l’œuf doré dans son clan lui octroie sa victoire et lui permet d’être au-dessus des autres pendant les dix années suivantes. Tout le monde peut tenter sa chance, tout le monde, même les esclaves comme Faloan. La date des sélections approche, il tient là sa chance d’échapper à son destin et plus important encore, de venger sa famille. Lire la suite