Presque minuit – Anthony Yno Combrexelle

9791032401644ori

« – On a vécu ensemble. On s’est enfuis ensemble. On survit ensemble, répondit-il. Il est temps qu’on vive ensemble.

– À la vie, à la mort ? demanda Boiteux.

– Exactement. À la vie, à la mort, reprit-il. »


Résumé :

« Paris, 1889. Six orphelins en cavale, devenus gamins des rues par la force des événements, volent et détroussent les passants. Alors que l’Exposition universelle débute, ils font l’erreur de dérober le mauvais objet aux mauvaises personnes. Leurs mésaventures aux quatre coins de la ville les amèneront à découvrir les secrets d’un monde magique où s’affrontent créatures mythologiques, sorcières et terrifiants ennemis mécaniques. Plus que jamais, Moignon, Allumette, Bègue, Morve, Boiteux et Pleurs devront se battre pour sauver leur vie et celle des habitants de la capitale. »

Un immense merci à la maison d’édition 404 éditions pour l’envoi de ce livre !

Mon avis :

Presque minuit est le premier roman d’Anthony Yno Combrexelle, qui a été découvert sur la plateforme de lecture et d’écriture de 404 éditions, qui se nomme 404 factory. Et quel premier roman ! Il s’agit d’une histoire steampunk un peu sombre d’une grande créativité. Le vocabulaire est riche, varié, fouillé, c’est un régal pour les yeux. C’est d’autant plus appréciable dans une lecture jeunesse car les plus jeunes lecteurs pourront y découvrir de nouveaux termes. Nulle infantilisation dans l’écriture : si la plume est facile à comprendre, la richesse du langage stimule l’imagination sans en faire une lecture compliquée pour autant. Lire la suite

Publicités

Anima – Wajdi Mouawad

Anima

« Les humains ne sont pas tous des pièges, ils ne sont pas tous des poisons, je veux dire par là qu’ils ne sont pas tous des humains, certains n’ont pas été atteints par la gangrène. »


Résumé :

« Lorsqu’il découvre le meurtre de sa femme, Wahhch Debch est tétanisé : il doit à tout prix savoir qui a fait ça, et qui donc si ce n’est pas lui ? Éperonné par sa douleur, il se lance dans une irrémissible chasse à l’homme en suivant l’odeur sacrée, millénaire et animale du sang versé. Seul et abandonné par l’espérance, il s’embarque dans une furieuse odyssée à travers l’Amérique, territoire de toutes les violences et de toutes les beautés. Les mémoires infernales qui sommeillent en lui, ensevelies dans les replis de son enfance, se réveillent du nord au sud, au contact de l’humanité des uns et de la bestialité des autres. Pour lever le voile sur le mensonge de ses origines, Wahhch devra-t-il lâcher le chien de sa colère et faire le sacrifice de son âme ? »

Mon avis :

Ce roman n’est pas du tout mon genre de lecture habituel. Je ne l’ai pas découvert par hasard, encore moins par le bouche à oreille. Le titre ne me disait rien, l’auteur encore moins. Ce semestre à la fac, il m’a été demandé de lire 8 livres pour mes cours de littérature. Parmi eux : Anima de Wajdi Mouawad. En lisant le résumé, je me suis dit « Woah, ok, ce livre n’est vraiment pas fait pour moi ! ». Il y a trop de violence en un seul résumé pour me donner envie de lire un roman sombre de près de 500 pages. Bien obligée pourtant, je me lance dans la lecture. La première page me laisse perplexe, les suivantes me glacent. Que suis-je en train de lire ? Et je vais vous donner la réponse tout de suite. Je découvrais un coup de cœur livresque comme je n’en avais jamais expérimenté de ma vie. Lire la suite

Angelica Varinen (T1) – N. M. Zimmermann

d7c2deea182ced3237d3f0a6737737b6722040.jpg

« Comment aurait-elle pu retourner apprendre ses leçons quand il y avait un voleur de bijoux à démasquer ? »


Résumé :

« Angelica Varinen n ‘est pas une princesse comme les autres : elle est détective. Lorsqu’elle apprend le vol des bijoux de son amie Eloïse, elle fonce à l’aventure. Accompagnée de sa renarde magique Naali et de son chat surdoué Buffon, la voilà partie sur la piste des voleurs… »

Un grand merci aux éditions Flammarion jeunesse pour l’envoi de ce roman et pour  m’avoir permis de le découvrir !

Mon avis :

Ce premier tome présente bien le contexte et les différents personnages qui gravitent autour d’Angelica, notre héroïne de choc : princesse à plein temps et détective à l’affût de la moindre aventure, cette jeune fille ne manque pas de piquant. Sûre d’elle et malicieuse, elle mène son petit monde par le bout du nez, pour le plus grand plaisir des lecteurs. Lire la suite

Ce que murmure la mer – Claire Carabas

1ère de couv.jpg

« Les anémones se reposaient encore, enroulées sur leurs rêves. Un crabe ouvrit un œil et laissa s’échapper un filet de bulles. Il montait lentement vers la clarté naissante. D’un battement, je le suivis. »


Résumé :

« Je quitte mon monde, une fois de plus, pour aller à la rencontre du vôtre.
Je m’approche des lumières qui ceinturent vos rivages.
Je respire l’odeur de votre terre, de vos plantes et de vos feux.
Je longe vos côtes. Je peux nager longtemps.
Inlassable, je fends l’eau. Je cherche ce chant à nul autre pareil.
Ce chant que les femmes adressent à leurs hommes perdus. »

L’histoire de la sirène qui aimait l’homme n’a pas d’âge, l’impossibilité de cette pulsion se noue à la manière des grandes tragédies et étouffe inexorablement l’héroïne. Pourtant, quand Galathée aperçoit Yvon, solitaire sur son bateau à voiles, l’amour la foudroie et la pousse à toutes les folies.
Éperdue, désespérée, animée par un espoir aveugle, elle parvient à se faire une place dans la vie du jeune marin, mais qu’en est-il de son cœur ? Redécouvrez le conte d’Hans Christian Andersen à travers les témoignages des amants empêchés et vivez le drame comme jamais vous ne l’avez exploré : de l’intérieur. » – encore un grand merci à la maison d’édition Magic Mirror pour l’envoi de ce livre !

Mon avis :

Ce roman est donc une réécriture de La Petite Sirène, un conte de Christian Andersen (à ne pas confondre avec le Disney). Ayant dévoré les contes de cet auteur un an auparavant, j’étais très impatiente de découvrir cette réécriture. D’autant plus que je suis une grande fan des sirènes… Cette histoire m’a beaucoup touché. Ce fut un délicieux moment de lecture. J’y ai retrouvé l’atmosphère d’Andersen tout en découvrant une autre histoire, alors rien que pour cela : chapeau bas à l’auteur ! Lire la suite