Ash Princess (T1) – Laura Sebastian

IMG_9845

« S’ils me touchaient, je volerais en éclats – tomberais en miettes comme ma fausse couronne. Je suis une princesse faite de cendre, après tout. Je ne peux pas m’empêcher de me briser en mille morceaux. »

Résumé :

« Theodosia avait six ans quand son pays a été attaqué, et quand sa mère, la reine du Feu, a été assassinée sous ses yeux.
Dix ans ont passé. Dix ans à vivre sous le joug du Kaiser, ses tortures incessantes, son régime de terreur. Dix ans qu’elle n’a pas prononcé son véritable nom. Theodosia s’appelle maintenant Thora, princesse de Cendres. Le jour où le Kaiser la force à exécuter son dernier allié, celui qu’elle voit comme son unique chance de survie, Theodosia ne peut plus ignorer sa rage vengeresse. Elle se lance dans une intrigue où la séduction cache des crimes de sang, où les amitiés ne servent plus qu’à une chose : regagner son pouvoir. Incapable de déterminer à qui elle peut vraiment se fier, Theodosia va apprendre jusqu’où elle est prête à aller pour venger sa mère, regagner son peuple et reprendre son titre de reine. » Un grand merci aux éditions Albin Michel pour l’envoi de ce livre !

Mon avis :

La quatrième de couverture était plus qu’alléchante et je n’ai pas mis longtemps à dévorer ce roman, un joli bébé de plus de 500 pages, tout de même ! L’univers m’a tout de suite attirée. Malgré les gisements de pierres détenant des pouvoirs magiques et les gardiens choisis par les dieux et les déesses pour protéger le pays, l’Astrée et ses habitants se font réduire en esclavage par des envahisseurs. Leurs mines sont exploitées pour leurs richesses et le pouvoir est renversé. Nous retrouvons Theodosia plusieurs années plus tard ; une princesse emprisonnée dans une cage dorée et exhibée comme un trophée. Captive, elle vit dans son ancienne demeure, là où elle a vu sa mère se faire assassiner, là où tout son monde a basculé alors qu’elle n’était qu’une enfant. Ce contexte m’a tout de suite plu. D’autant plus que l’on découvre Theodosia comme étant une jeune femme terrorisée, ayant pris l’habitude de subir et de se contenter de sa situation. Elle est une marionnette crée par ses geôliers à force de persécutions, afin qu’elle refoule son identité jusqu’aux confins de son âme.

Lire la suite

Publicités

Le dieu oiseau – Aurélie Wellenstein

le dieu oiseau

« D’une génération à l’autre, les peuples restaient prisonniers de leur haine et la transmettaient, intacte, à leur descendance. »


Résumé :

« Une île. Dix clans. Tous les dix ans, une compétition détermine quel clan va dominer l’île pour la décennie à venir. Les perdants subiront la tradition du « banquet » : une journée d’orgie où les vainqueurs peuvent réduire en esclavage, tuer, violer, et même dévorer leurs adversaires. Il y a dix ans, Faolan, fils du chef de clan déchu, a assisté au massacre de sa famille. Sauvé par le fils du chef victorieux, Torok, il est depuis lors son esclave et doit subir ses fantaisies perverses. Sa seule perspective d’avenir est de participer à la compétition de « l’homme-oiseau », afin de renverser l’équilibre des pouvoirs en place et de se venger. Qui du maître ou de l’esclave va remporter la bataille ? Quel enjeu pour les habitants de l’île ? Quel est le prix à payer pour la victoire ? »
Un récit psychologique sombre et violent sur le traumatisme, la résilience, la vengeance. Un roman initiatique magistral. Le roman le plus fort et le plus brutal d’Aurélie Wellenstein à ce jour. »

Mon avis :

Ce livre est vraiment très original, tant par son univers que par son développement. Faolan a vu sa famille se faire massacrer dix ans plus tôt et la seule raison qui le maintient en vie est due au fils du clan vainqueur qui l’a choisi comme esclave. Tous les dix ans, le clan vainqueur remet son « titre » en jeu   et chaque clan s’affronte dans une Quête sans merci. Le candidat qui réussit à ramener l’œuf doré dans son clan lui octroie sa victoire et lui permet d’être au-dessus des autres pendant les dix années suivantes. Tout le monde peut tenter sa chance, tout le monde, même les esclaves comme Faloan. La date des sélections approche, il tient là sa chance d’échapper à son destin et plus important encore, de venger sa famille. Lire la suite

Le Dernier Hiver – Samwise Didier

Le-dernier-hiver

« Rappelle-toi que le plus important, ce n’est pas d’où l’on vient, mais ce que l’on fait de sa vie. Depuis la naissance, nos souffles sont comptés. Seul compte ce que l’on accomplit avant le dernier. »


Résumé :

« Dès la mort de Sprign, déesse et créatrice des Pandarens et des autres créatures de
Mistgard, l’île est attaquée par des géants de feu et de glace sans pitié venus d’autres
contrées. Les 8 clans doivent unir leurs forces pour défendre leur territoire. Menés par
les aînés des Pandarens, les clans doivent se diriger vers Aesirmyr Peaks pour une
dernière confrontation. Alors que l’hiver envahit Mistgard, les Pandarens vont devoir
dépasser leurs préjugés pour espérer vaincre Lord Wintyr et le Roi Sumyr.
Écrit et illustré par Samwise Didier, directeur artistique de Blizzard. »
Un grand merci à la maison d’édition 404 éditions, pour sa confiance et pour l’envoi de ce magnifique livre !

Mon avis :

J’ai tout de suite été attiré par le résumé, mais aussi, et surtout par la mention « fantasy » couplée au fait que l’auteur n’est autre qu’un grand directeur artistique de Blizzard Entertainment (des jeux vidéos) ! Étant une grande fan de leurs univers et de leurs jeux, j’avais très envie de découvrir une telle création… Lire la suite

Animal Tatoo – Les quatre élus – Brandon Mull

animaltatoophoto1

« Il n’avait jamais bien supporté de devoir obéir aux ordres. Car, dès qu’ils disposaient d’un minimum d’autorité, les gens avaient tendance à en abuser. »


Résumé :

« Dans le monde d’Erdas, lors d’une cérémonie célébrée pour leur onzième anniversaire, quatre enfants font apparaître leur animal totem, réincarnation de l’animal mythique de leur pays.
Conor, fils de berger, invoque Briggan, le loup aux yeux violets ; Abeke, fille d’un chef africain, la panthère Urazza ; Meilin, fille du grand général Chin, le panda Jhi ; enfin, Rollan, orphelin et vagabond, invoque Essix le faucon femelle.
Les voilà unis par un même destin : affronter une force obscure surgie du passé qui vient de se réveiller, avec, à sa tête, une créature au nom évocateur : le Dévoreur. Avec l’aide des membres de la corporation des Capes-Vertes, sortes de chamans, les quatre élus vont apprendre à évaluer leurs nouvelles aptitudes et communiquer avec leur animal afin de combattre les ennemis qui veulent détruire leur monde. »

Mon avis :

Depuis le temps que je voulais découvrir cette saga jeunesse, j’ai enfin sauté le pas ! Je n’ai pas lu énormément de chronique sur ce premier tome, ni même sur l’entièreté de la saga, car j’avais envie de la découvrir pleinement sans savoir à quoi m’attendre précisément. Je fais cela régulièrement avec les livres jeunesse car je veux les lire sans a priori, avec mes yeux d’enfants.

Lire la suite