À la découverte de… Joanne Richoux !

Joanne Richoux est née en 1990 en banlieue parisienne, et a grandi au fin fond d’un petit village auvergnat. Après un bac littéraire, elle entame des études de psychologie à Grenoble, qu’elle interrompt quatre ans plus tard pour se consacrer à l’écriture. Dans son univers se bousculent guitaristes, bouquets de fleurs, orages, amours contrariées, tatouages, flacons de parfum, espaces verts, rouges à lèvres et références à ses auteurs favoris (John Fante, Mathias Malzieu, Sartre, Musset…).

Richoux-Joanne-NB2-620x658 Tous droits réservés.

Pour cette toute première interview sur le blog, j’ai eu la chance et l’immense bonheur de pouvoir poser quelques questions à l’autrice de Marquise et de Les Collisions !

[]

Bonjour Joanne ! Un grand merci pour avoir accepté cette interview ! Pour te présenter différemment de ta biographie, que dirais-tu d’un petit portrait chinois ?

Si tu étais un animal, tu serais…
À certaines périodes une louve, à d’autres périodes un écureuil – du genre fébrile.
– Si tu étais une chanson, tu serais…
Hm, tellement difficile !
Pour aujourd’hui on va dire Make it wit Chu, des Queens of the Stone Age.
– Si tu étais une saison, tu serais…
Le printemps, sans hésitation.
– Si tu étais un plat, tu serais…
Une tomate-mozza avec du basilic et beaucoup, mais alors beaucoup de croûtons au fromage.
– Si tu étais une ville, tu serais…
Un village. N’importe quel village. Dès que je vois une école communale en briques, un clocher d’Église et un peu de végétation, j’ai envie de poser mes valises.
– Si tu étais une époque ou un événement historique, tu serais…
J’aime bien le règne de Louis XV, les sixties américaines et le début de siècle de Pagnol, entre les trois mon cœur balance…

[]

Sur ton site Internet, tu expliques que tu as arrêté tes études pour te consacrer pleinement à l’écriture… Ce fut un coup de tête ou une décision mûrement réfléchie ?
Ce fut un coup de destin mûrement improvisé.
Disons que j’ai toujours été élevée dans un environnement où la liberté et les goûts primaient sur le « raisonnable », où on suivait son instinct pour essayer de réaliser ses rêves.
Les études dans lesquelles je m’étais engagée (psycho) me plaisaient, mais c’était purement intellectuel, je m’en suis rendue compte en Master. J’avais envie d’apprendre des choses dans ce domaine ; pas la vocation de soigner. Et comme en parallèle l’écriture m’avait toujours accompagnée, j’ai décidé d’accorder à cette part de ma vie une place plus importante.
La suite a été un entrelacs de persévérance, de soutien de la part de mon compagnon, de déceptions, de travail acharné, de remises en question, de chance et surtout de patience.

[]

Avais-tu pensé à un plan B, ou étais-tu certaine d’arriver à travailler et vivre dans ce milieu ?
J’allais répondre « on n’est jamais sûr de rien », et c’est vrai, or paradoxalement, il y a quelque chose de l’ordre de la certitude qui intervient dans ce genre de métier.
Il me semble qu’écrire, c’est avoir quelque chose à dire. Un besoin urgent et viscéral de s’exprimer, même. Et quand il y a ce « feu », ou cette passion, ou cette vocation, peu importe le nom qu’on lui donne, je crois que la question du plan B ne se pose pas.
On mettra en œuvre tout ce qu’on a en soi dans le but de réussir ; on n’a simplement pas le choix.

 

idea-2924175_1920

 

Te souviens-tu d’un moment clé où tu as senti que ta vie d’autrice était en train de changer ? Qu’as-tu ressenti ?
Il existe des tonnes de moments clés : le jour où l’éditeur t’appelle pour te dire qu’il a aimé ton manuscrit, celui où tu signes un contrat, le matin où tu vas à la Poste chercher les premiers exemplaires de ton roman, la première fois où tu le vois en librairie, les chroniques (la tienne à propos des Collisions m’a émue aux larmes)…
Mais le déclic dans mon cas, ça a été les Salons.
Parce qu’écrire est une activité solitaire, intimiste, où on se plonge loin dans soi et dans l’autre, sans jamais l’avoir en face. Et d’un coup, on se retrouve au milieu de centaines d’individus ; des lecteurs, des libraires, d’autres fous qui s’adonnent à la même activité bizarre que nous.
Ce que j’ai ressenti, c’était une peur dévorante.
C’est une chose de rêver, c’en est une autre de réaliser ses rêves et de se montrer à la hauteur de ce qu’ils impliquent. Je veux dire, tu as beau avoir tes livres entre les mains, chez toi, c’est vraiment la rencontre avec l’autre qui te fait comprendre ce que tu as accompli. Ce qu’il reste à accomplir, aussi : les accompagner, ces livres.
Bon en vrai, la peur, c’est dans le train. Ensuite, quand tu échanges avec les lecteurs, les libraires ou tes copinous auteurs, une nuée d’autres émotions prennent le relai ; la fierté, l’euphorie, la gratitude, l’angoisse à nouveau, le bonheur, la jalousie, l’humilité, la fatigue, la paix…
Bref, ma vie d’autrice a débuté à plein de moments différents, mais les Salons c’est quelque chose.

[]

Après Marquise et Les Collisions, dans quel univers comptes-tu emmener ton lectorat ?
J’ai plusieurs projets en cours ou à venir, et il se trouve que justement, les univers sont extrêmement variés. Il y a un road-trip dans les sixties, un projet fantastique qui serait un genre de Alice au Pays des Merveilles sauce rock’n’roll, de l’adulte contemporain…
En évoluant dans ma pratique, je remarque que j’ai besoin d’élargir mon champ d’action, repousser sans cesse les murs de mon « jardin créatif ». Et c’est marrant parce que si différents que puissent être les projets entre eux, je m’y retrouve sincèrement.

[]

Si tu n’étais pas autrice, quel métier aimerais-tu exercer ?
Aucune idée.
Peut-être fleuriste ?
Il y a quelques endroits, comme ça, dont on pousse les portes et hop, on oublie la ville, les gens, l’époque même dans laquelle on vit. En fait, j’en identifie trois : les fleuristes, les édifices religieux et les salles de cinéma. Alors il faudrait que j’exerce un métier où on… vend des fleurs pendant la diffusion d’un film dans une église ? Ça existe ?

 

agapanthus-2515818_1920

 

Es-tu plutôt une écrivaine diurne ou nocturne ?
Diurne.
La nuit, en règle générale, je dors !

[]

Si tu devais nous conseiller l’un de tes romans favoris, lequel serait-il ?
Souvent je parle de La Route de Los Angeles, de John Fante. Arturo Bandini, son héros loser, est à la fois passionné, hypersensible, cruel, mégalo, pathétique, drôle. Il est si réel, si contradictoire… je l’adore.
Dans un autre délire, La Nausée de Sartre m’a fait grande impression… Pour le meilleur ou le pire, je ne sais toujours pas, mais c’est ce que j’attends d’une lecture : une cicatrice.
Enfin, j’ai récemment dévoré La Langue des Bêtes de Stéphane Sevant, une fable délicieuse de poésie, mélange de « magie et de crasse » comme écrit l’auteur. Une pépite !

[]

Merci beaucoup d’avoir répondu à ces questions ! Un dernier petit mot pour la fin ?
Un énorme merci pour ces questions emplies de fraîcheur !

 

 ♥

 

Retrouvez l’autrice sur :

~ Son site Internet
~ Sa page Facebook
~ Son compte Instagram
Et vous pouvez aussi découvrir (ou relire) ma chronique de « Les Collisions ».

 

Encore merci à Joanne Richoux pour avoir répondu avec autant d’enthousiasme à mes questions, ainsi qu’à Lucie et à la maison d’édition Sarbacane pour cette première expérience d’interview… Cela m’a donné envie d’en réaliser beaucoup d’autres ! N’hésitez pas à me donner votre avis et à me dire si ça vous a plu 🙂 !

Publicités

9 réflexions au sujet de « À la découverte de… Joanne Richoux ! »

  1. Ping : Toffee Darling – Joanne Richoux | Book's Anatomy

  2. Coucou ! J’ai trouvé cette interview passionnante, fraîche et pétillante ! Je n’ai encore pas lu de Joanne Richoux mais j’étais déjà très tentée et ton interview nous permet d’apprendre à mieux la connaître, ça donne encore plus envie de lire ses livres et de plonger dans son univers qui m’a tout l’air fascinant ! Le projet d’un Alice in Wonderland sauce 60’s m’exalte déjà ♥ Voilà, j’ai trouvé cette interview super intéressante et très agréable à lire, merci beaucoup à toi ! Gros, gros bisous ♥♥

    Aimé par 1 personne

    • Coucou ! Je t’en remercie beaucoup, je suis vraiment très heureuse que mon interview te plaise 😀 Il n’y a pas de meilleur compliment, alors merci ❤️!!
      Tout comme toi, je suis déjà super emballée à l’idée de lire ses futurs projets, ils ont l’air géniaux 😍. J’espère que tu découvriras bien vite sa plume et qu’elle te plaira ♥
      Encore merci, ça m’encourage beaucoup ! Plein de bisous ♥ ♥

      J'aime

  3. C’est une super interview très intéressante! Merci à toi de l’avoir faite! Je ne connaissais pas cette auteure et peut être que je me laisserai tenter par l’un de ses livres un jour mais en tout cas j’ai aimé lire son ressenti sur l’écriture, la vie d’auteure etc à travers ton interview. Bravo, c’est réussi! 🙂

    Aimé par 2 personnes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s