Autoboyographie – Christina Lauren

autoboyographie booksanatomy

« – Si tu veux mon avis, dis-je prudemment, un Dieu digne de ton amour éternel ne te jugerait pas pour qui tu aimes pendant que tu es ici. »


Résumé :

« Lorsque la famille de Tanner Scott quitte la Californie pour l’État, plus traditionnel, de l’Utah, le jeune homme se rend à l’évidence : il va falloir rentrer dans le placard à nouveau. Après tout, il ne lui reste plus qu’un semestre à tirer avant la liberté (comprendre : fuir l’Utah dès que possible).
C’est alors que sa meilleure amie Autumn lui lance un défi : le prestigieux séminaire de Provo High. Un programme où les étudiants ont quatre mois pour rédiger un roman. Tanner ne peut résister au plaisir de clouer le bec à Autumn… Quatre mois, c’est long et largement suffisant pour relever ce challenge. D’ailleurs, Tanner a bien raison. Preuve en est, il ne lui a fallu que quelques secondes pour repérer Sebastian Brother, le petit prodige – accessoirement mormon – qui a remporté le séminaire haut la main l’année passée. Et il n’a eu besoin que de quelques semaines pour tomber éperdument amoureux de lui… »

Mon avis :

Une histoire qui mêle religion et homosexualité ? C’est le pari audacieux d’Autoboyographie ! Depuis l’annonce de sa sortie aux US, je n’avais qu’une hâte : me procurer ce roman. C’est mon tout premier Christina Lauren et je suis vraiment ravie d’avoir découvert leur plume avec celui-ci – ce sont deux femmes qui écrivent ensemble. Ce livre a été un vrai coup de cœur, un petit bijou d’amour.

Pour les plus frileux à l’idée de lire une histoire qui implique la foi, sachez que même si la religion mormone est omniprésente, tout est suffisamment expliqué pour que l’on comprenne les enjeux des personnages. De plus, rien de ce qui pourra être écrit dans ce roman ne heurtera vos croyances, quelle qu’elle soit. C’est là tout le talent de ces deux autrices : arriver à délivrer un beau message de paix et d’amour, d’un côté comme de l’autre. Car le point fort d’Autoboyographie est à mon sens de montrer que l’on peut croire en Dieu et aimer une personne du même sexe, être croyant(e) tout en respectant et aimant les personnes queer, et que l’amour est tout ce qui importe. L’orientation sexuelle n’a aucune espèce d’importance, c’est l’amour qui prévaut. Dans cette histoire, les deux protagonistes principaux ont tous deux des fausses idées sur le milieu de l’autre. Plus largement, j’ai trouvé cela très intéressant car il n’y a jamais d’un côté « les bons » et de l’autre « les méchants », et on ne peut pas mettre tout le monde dans un même panier. En se côtoyant, Tanner et Sebastian finissent par apprendre l’un de l’autre et à évoluer ensemble pour devenir de meilleurs individus.

Cristina Lauren parvient à évoquer un sujet sensible – la place d’une personne queer dans la religion – tout en restant loin des jugements simplistes. À la place, on retrouve dans Autoboyographie un message d’espoir, de tolérance, pour l’un comme pour l’autre, qu’il est nécessaire d’apporter par les temps qui courent…

Je me suis énormément attachée aux personnages, et en particulier Tanner et Sebastian, évidemment. Je les ai tous trouvé très bien construits, que ce soit la famille de Tanner, celle de Sebastian ou bien leurs amis et professeurs. Il m’était très facile de les visualiser. Au fil des pages, j’ai partagé tour à tour les doutes et les tiraillements de Tanner, les angoisses et le poids qui pèse sur les épaules de Sebastian, j’ai souri avec eux, j’ai été ému, touché… Des personnages comme je les aime, ils vont me manquer.

Je préfère mettre la partie suivante en tant que SPOILER, bien que cela ne concerne pas le dénouement, mais plus la « conception du livre »… Pour plus de sûreté, je vous conseille de sauter cette section. En revanche, si vous avez déjà lu le livre ou si les spoilers ne vous gênent pas, n’hésitez pas à surligner les lignes suivantes avec votre souris :

Vous l’aurez compris grâce au résumé : Tanner doit écrire un roman durant un semestre. J’ai été épaté de constater que c’était ce fameux roman que nous lisions depuis le début ! Un récit dans le récit, j’adore ! Vers la fin du livre – à la fin du roman de Tanner donc – on comprend que les derniers chapitres seront la suite de leur histoire, narrée par Christina Lauren. On passe alors d’un texte à la première personne du singulier, à un autre, écrit à la troisième personne, ce qui montre bien cette distinction. 

En conclusion : Un vrai coup de cœur ! Un livre qui dégage beaucoup de douceur, et traite de la tolérance et de l’amour. Je ne peux que trop vous le recommander si vous aimez les romances contemporaines !

Détails :

Autrices: Christina Lauren ( Christina Hobbs & Lauren Billing)
Edition : Hugo New Way
Prix : 17€
Pages : 395

Est-ce qu’il vous tente ? Si vous l’avez lu, n’hésitez pas à me donner votre avis 🙂 !

 

Publicités

23 réflexions au sujet de « Autoboyographie – Christina Lauren »

  1. Hello ! 🙂
    De mon côté je n’avais pas été emballée autant que tout le monde mais je ne peux pas retirer le fait que ce soit une très jolie lecture, avec des sujets importants!
    En fait, il me manquait juste des émotions en plus, et j’aurais absolument adoré ! 🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s